Causes à défendre et art contemporain

Réalisons nos rêves.

Tu voyages dans les mots 1 juin 2010

Filed under: Art contemporain,Création,The Dreamer's — peacounettes @ 16 h 28 min

Texte : Marie L.

‘Les souvenirs s’endorment
Em
Comme un sommeil désagréable
G
Dans les yeux se forme
Em
La verdoyante feuille inimaginable
C                             G

Caché dans la brume
L’homme a changé de danse
C’est du bout de ta plume
Que tu traqueras l’ignorance

Tu pars encore trop loin
Tu voyages bien trop haut
Tu pars encore trop loin
Tu voyages dans les mots

Dans les étoiles se mêlent
Les vents de nos colères
Désordonnées, sans ailes
Elles doivent changer d’ère

La pluie violente inonde
Les traces de ton départ
Quand disparait ce monde
Tu dois en braver les remparts

Tu pars encore trop loin
Tu voyages bien trop haut
Tu pars encore trop loin
Tu voyages dans les mots’

Part une journée ensoleillée j’ai ‘composé’ ma première chanson, à la grattounette.

Publicités
 

Petite improvisation de The Dreamer’s 9 mai 2010

Filed under: Art contemporain,Création,The Dreamer's — peacounettes @ 17 h 17 min

Compo guitare : Zoé C.

Paroles : Maude J. (Cf : page précédente « Venez dans les bras de ma musique »)

Zozo, Maude & Céline

 

Le 20ème jour du mois d’avril 21 avril 2010

Filed under: Parcours,The Dreamer's,Voyage interstellaire — peacounettes @ 13 h 02 min

Texte & « montage » : Marie L.

Maude et moi avons enfin organisé ce fameux camping, dont nous parlions depuis maintenant quelque mois. Renommé « Woodstock n°2 » : Il appelle à une suite et sera donc forcement renouvelé cet été (mois de juillet surement) ! Pour les participants (11 grands fous) nous avons eu la chance d’entendre pour la première fois quelques morceaux écris par Maude, qu’elle interprète avec Céline et Zozo (The Dreamer’s). Dont celle ci :

On voit Anaïs derrière qui est trop en admiration, elle est mignonne.

A suivre sur Facebook et leur Myspace.

Pour en revenir à la soirée le voyage fût pour ma part, plutôt bon et réconfortant. Mais je pense que certaines s’en souviendront d’une toute autre manière (sans citer de nom bien sure) !

Dix fous (merci à la folle Léa d'avoir pris la photo)

Le plus marrant avec ce genre de soirées, c’est le moment révélation le lendemain matin.

A la prochaine !

 

Venez dans les bras de ma chanson 6 mars 2010

Filed under: Art contemporain,Création,The Dreamer's — peacounettes @ 19 h 42 min

Texte : Maude J.

‘Moi je suis dans les bras de Bob Marley
Ça faisait longtemps que j’en rêvais
Moi je suis dans les bras de la paix
De nos jours on ne la croise que jamais
Moi je suis dans les bras de la liberté
Elle se fait rare dans notre société
Moi je suis dans les bras d’un nouveau né
Je lui apprends à marcher, sauter, tomber

Moi je suis dans les bras de Morphé
Alors laissez moi rêver
D’une société, de liberté
D’une religion, pour tous
D’une maison, pour tous
D’une loi inventée :
Le devoir de rêver !

Moi je suis dans les bras d’un inconnu
Pour apprendre à le connaitre
Moi je suis dans les bras du déjà vu
Pour ne pas le refaire
Moi je suis dans les bras de Led Zep
Et dans ceux de Johnny Deep
Moi je suis dans les bras de l’imaginaire
Je vois des hallucinations de désert
Moi je suis dans les bras de la Terre
De l’eau, du feu, et de l’air

Moi je suis dans les bras de Morphé
Alors laissez moi rêver
D’une société, de liberté
D’une religion, pour tous
D’une maison, pour tous
D’une loi inventée :
Le devoir de rêver !

Moi je prends dans mes bras l’onirique
Mon monde, la plus belle des musiques
Moi je prends dans mes bras la musique
Pour écouter sa mélodie magique
Moi je prends dans mes bras le monde entier
Pour ne pas le laisser tomber
Moi je prends dans mes bras mes amis
Que je garderais toute ma vie
Moi je prends dans mes bras la vie
Jusqu’à la tombé de ma nuit

Alors laissez moi rêver…’

 

Cauchemar blanc 2 mars 2010

Filed under: Art contemporain,Création,The Dreamer's — peacounettes @ 18 h 22 min

Texte : Maude J.

‘Les gens se croisent dans la rue
Ils sont mués et tendus
Les gens se croisent dans leurs rêves
Ils s’embrassent, rient, et s’aiment

Un seul rêve, une réalité, qui nous fait mal
Parfois je voudrais, un raz de marée, qui nous rafale
J’ai pas peur de la mort et ses démons
Juste une peur de rancœur, d’écrire cette chanson

Les gens se regardent comme des inconnus
Ils sont en garde comme des détenus
Les gens se croisent dans les chansons et leur musique
Doucement s’envolent dans un délire de l’onirique

Un seul rêve, d’une nuit, qui me fait mal
Parfois je voudrais, un tsunami, qui nous avale
J’ai pas peur de la mort et ses démons
Juste un peu de douceur dans vos cœurs de béton

Les gens vivent seuls, pour mourir seul
Un combat solitaire, les rêves s’envolent
Les gens écrivent une autre histoire que la leur
Pour enfreindre la loi, une libération qui nous console

Un seul rêve, certes, qui me fait mal
Parfois je voudrais, une tempête, qui emporte nos âmes
J’ai pas peur de la mort et ses démons
Un changement d’accord, une autre chanson

Les gens s’observent, admirent leur reflet
Ils veulent laisser leur trace, une obsession, un rêve
Quand ils peignent des couleurs sur de hautes toiles
Leur voix, leur joie, s’élèvent jusque dans les étoiles

Un seul rêve, une ère qui désire, qui me fait mal
Parfois je voudrais, un tremblement de terre, qui engloutit leurs larmes
Tellement de haine, des riches et des pauvres, dans ce traître monde
C’est l’apocalypse qui nous rapprochera à la dernière seconde

Un seul rêve, un rêve de môme, qui me fait mal
Parfois je voudrais, un cyclone détruisant leurs idées
J’ai pas peur de la mort et ses démons
J’ai juste peur pour nos enfants et les papillons’